L’origine criminelle des sinistres ne fait que peu de doute. Dans la nuit de dimanche à lundi, entre 3 heures et 6 heures, huit voitures ont été incendiées à Arthès (où un garage a également subi les flammes), Lescure-d’Albigeois et Saint-Juéry. Dans cette dernière commune, le feu s’est propagé à quatre appartements de la rue Puech-de-la-Borie. Les habitations ont totalement brûlé. Les six occupants des lieux, trois couples (le quatrième logement était inoccupé), ont pu évacuer les habitations avant que le feu ne ravage tout.

Il s’en est fallu de peu pour eux, réveillés en pleine nuit par le crépitement des flammes et les explosions des pneus d’une voiture garée juste devant les logements. Néanmoins, le sinistre a tout de même fait une victime : le chat d’un des couples est mort asphyxié par les fumées.

Un chat tué et six personnes relogées

« Heureusement que nous nous sommes réveillés assez vite car nous aurions été piégés dans la chambre. Il y a des barreaux à la fenêtre. Si le feu avait atteint l’entrée avant que l’on se réveille, nous serions morts », confie Tony Morganti, le locataire de l’un des quatre appartements détruits par le feu. Encore ému par une nuit marquée par la disparition de son premier appartement, le jeune homme de 23 ans n’a pas encore bien réalisé ce qui s’est passé.

« Ma copine a d’abord cru qu’il y avait un cambriolage car on entendait des bruits étranges. Puis on a vu cette lumière orange. Nous sommes directement sortis. Malheureusement, notre chat s’est caché et nous n’avons pas pu le sortir. Les pompiers l’ont retrouvé mort, au matin, asphyxié par les fumées. »
En tout, ce sont six personnes qui ont pu évacuer leur logement avant que les flammes ne ravagent les murs. Quatre d’entre elles sont relogées par la mairie, dans un hôtel de la commune. Pour Tony Morganti et sa compagne, la propriétaire de leur appartement leur a déjà proposé un nouveau toit.

Des incendies « réguliers »

D’après les témoignages des personnes présentes, lundi matin, devant les bâtisses ravagées par les flammes, ils n’ont vu personne dans la nuit. « Mais une voiture de police est passée un peu avant, peut-être trente minutes… À peu de chose près tout cela n’aurait pas eu lieu. » Les soldats du feu, quant à eux, ont l’impression que quelqu’un « veut les faire courir ».

Ils étaient une vingtaine sur place pour essayer de limiter la propagation de cet incendie à Saint-Juéry. Ils ont également dû intervenir avenue de Montplaisir, près du collège, pour deux véhicules en feu dans la résidence. Puis par la suite à Lescure-d’Albigeois et Saint-Juéry. Dans la nuit de samedi à dimanche, les pompiers ont également été sollicités pour deux véhicules en feu, à Albi cette fois, square Michelet.

À Saint-Juéry, ces sinistres ne sont malheureusement pas nouveaux. Déjà au mois de mai 2016, quatre départs de feu ont mobilisé les soldats du feu à plusieurs endroits de la ville. Des faits qui avaient eu lieu entre 3 heures et 5 heures. Cinq voitures avaient brûlé. En 2017, ce sont onze voitures qui avaient fini aspergées d’essence. Concernant les feux d’hier, une enquête est ouverte.      source : ladepeche.fr