Céline Thomas a sa voiture déclarée épave par les assureurs suite à l'accident qu'a provoqué un jeune carrossier qui avait utilisé, sans permis de conduire et en état d'ébriété, la voiture d'un client (voir La Dépêche du 16 septembre). Céline Thomas a déposé plainte contre le jeune carrossier pour les dommages causés sur sa 306. La plainte a été transmise à l'assurance qui a mandaté un expert. Voiture expertisée avant accident: 1850 € ; montant des réparations: 2639 €. La Peugeot 306 est donc considérée économiquement irréparable, mais techniquement réparable. A ce jour, Céline Thomas tient à faire partager son «coup de gueule» qu'elle affiche d'ailleurs sur son véhicule endommagé. En effet, celui qui conduisait sous l'emprise de l'alcool, sans assurance, sans permis et qui a «emprunté» l'Alfa Roméo chez son employeur, détruit un lampadaire et la 306, est considéré n'avoir commis que des «dégâts involontaires» ; la plainte est donc classée sans suite ! Céline Thomas subit des dommages dont elle n'est pas responsable et on lui annonce qu'elle n'est pas une victime; les dégâts sont involontaires, le jeune ne l'a pas fait exprès! Et de surcroît, on ne lui propose qu'une indemnisation du prix épave du véhicule, soit 370 € au lieu de la valeur expertisée avant accident de 1850 €. Pas de quoi remplacer son véhicule! Céline Thomas ne tient pas à en rester là, elle s'est constituée partie civile à l'audience du 21 octobre pour faire valoir ses droits de victime. «Pourquoi serais-je moins victime que le garage ou le propriétaire de l'Alfa Roméo volée, ou la mairie pour le lampadaire détruit? Pourquoi les assurances du garage, de la voiture volée emboutie et celle de la 306 n'indemnisent- elles pas toutes les victimes ? Qu'il fait bon de se sentir dans une société où règnent ces sentiments de sécurité, tranquillité et de justice!», rajoute Céline Thomas. source : ladepeche.fr