«La pose de la première pierre» est une expression consacrée. En fait, M. le préfet lui-même s'est montré étonné de l'avancée des travaux, dont le gros œuvre sera terminé par Eiffage d'ici un gros mois, avant de céder la place aux diverses entreprises de second œuvre, qui opéreront dix mois durant pour un rendu définitif du chantier au sortir de l'été prochain. Inaugurant les prises de paroles, Jean-Paul Raynaud insistait : «Nous avons fait le choix de conserver cette gare, lieu de rencontres, haut lieu du patrimoine industriel.

Nous avons eu à cœur de le conserver en y apportant de la modernité. Salle de spectacles modulable, elle permettra diverses configurations. Le monde associatif y retrouvera des salles après la destruction, l'an prochain, du Cinélux et de la salle des associations de l'avenue Téqui courant 2019 pour le projet d'habitat collectif de la place Emile-Albet. Ce sera ici un lieu de rencontres qui, par le parvis, conduira jusqu'au centre-ville avec un ensemble paysager et végétal dont profiteront les parents d'élèves de l'école Marie-Curie». Il remerciait ensuite État, département, région et C2A sans oublier les mécènes, les architectes Rinaldi et Levade, les techniciens de la ville et ceux du chantier. Le président du département, Christophe Ramond, soulignait «l'évolution de la ville qui conduit à sa reconfiguration». Il terminait par une belle formule : «Ce sera peut-être des voyages immobiles, mais on continuera à voyager dans cette gare».

Le préfet salue le «vivre-ensemble»

Le préfet Jean-Michel Mougard mettait en avant le vivre ensemble : «On se parle, on travaille ensemble, c'est ainsi que le tissu sociétal doit fonctionner. En dehors du centre-ville, il faut des pôles d'équilibre». Puis ces trois personnalités rejointes par Marie-Claire Malroux, conseillère départementale, et Muriel Roque-Etienne, députée suppléante, ont posé la première pierre, avant de procéder à la visite du chantier et de partager le vin d'honneur en présence d'un nombreux public.        source : ladepeche.fr