Yannick Cebula est trop modeste. Cet enseignant accomplit à la caserne de sapeurs-pompiers de Saint-Juéry un chantier unique dans l'académie.

«Ce projet de travaux à la caserne de St-Juéry, avec des élèves, est un projet de longue haleine dont les prémices datent de septembre 2013.

En effet, certains petits travaux d'aménagement sont laissés aux soins des pompiers volontaires dans leur caserne : le SDIS payant évidemment le matériel nécessaire. Malheureusement, les pompiers volontaires ayant en plus de leur activité citoyenne, un métier, ces différents travaux n'avancent pas toujours aussi vite que cela devrait. J'ai alors proposé au chef de centre (étant moi-même pompier à Saint-Juéry depuis une vingtaine d'années) de me laisser exécuter le chantier avec mes élèves.

J'encadre, en tant que professeur d'atelier Habitat à la Segpa (Section d'Enseignement Général et Professionnel Adapté) du collège Augustin-Malroux à Blaye-les-Mines, des élèves de 4e et de 3e qui se dirigent tous vers des métiers manuels. Au travers de différentes pratiques professionnelles, qui ont en commun le thème de l'habitat (maçonnerie, plâtrerie, peinture, électricité, plomberie…), j'évalue des compétences d'autonomie, de lecture de plans… dans le but de les amener petit à petit vers les enseignements des lycées professionnels. Tous ces apprentissages se font d'habitude dans l'enceinte du collège au sein de mon atelier. Mais pour donner plus d'intérêt aux notions transmises, j'essaie, depuis mon arrivée dans ce collège, de travailler sur des projets concrets qui ont du sens». Yannick Cébula est parvenu à lever toutes les barrières administratives pour conduire ce chantier avec quatre élèves. La solution à la prise de contact réelle avec le monde du travail ne passe-t-elle pas par de telles initiatives ? Yannick Cébula en est convaincu, qui remercie sa hiérarchie et qui fourmille d'idées pour accomplir de nouveaux chantiers dans le Carmausin avec des élèves qui trouvent particulièrement gratifiantes des réalisations pérennes, participant à l'amélioration du bien public. Formulons même le souhait que de telles initiatives essaiment dans tous les établissements.       source : ladepeche.fr