Lportes du commissariat d'Albi qui se sont ouvertes hier à quelques habitants de St Juéry. Ces Saint-Juériens sont devenus depuis peu des «citoyens vigilant s». Ce dispositif de participation citoyenne mis en place par la mairie qui souhaite faire baisser la délinquance dans cette commune à la périphérie d'Albi. Mais Frédéric Becel commandant de police à la DDSP du Tarn préfère mettre en garde : «On ne vous demande pas de vous substituer à la police». Il s'agit de «rappeler les gens au civisme». Tout le monde ricane, comme pour souligner que cette valeur semble se perdre. «Faudra beaucoup travailler» lâche même deux membres de l'assistance. Un conseiller municipal, Bernard Grialou n'hésite pas à souligner la difficulté qu'a eue la mairie pour trouver des personnes volontaires. Cette nouvelle disposition a pourtant séduit six personnes de cette ville de 6 800 habitants. Les cheveux sont grisonnants, voire blancs, mais la motivation est là. Leur rôle ? Permettre aux informations de circuler plus rapidement et plus efficacement entre résidents, mairie et policiers. Ils sont aussi là pour informer les habitants de leurs quartiers et les sensibiliser sur la sécurité.

C'est à ce sujet qu'ils étaient réunis par Frédéric Becel qui, le temps d'une après-midi, s'est transformé en guide du commissariat. L'occasion pour les citoyens vigilants de découvrir l'envers du décor. Ils ont ainsi pu admirer des katanas, des fusils de chasse et autres couteaux en céramique qui trônaient au local des saisies. La fameuse glace sans tain a aussi éveillé la curiosité des visiteurs, invités pour être sensibilisés sur le processus d'arrestation. Passant par la salle d'examen médical, les cellules de garde à vue ou le service d'enquête, ces habitants de St Juéry ont pu avoir un aperçu unique «même certaines personnes du commissariat n'ont pas accès à ces salles» souligne M. Frédéric. Il ne reste plus qu'à savoir si la mesure sera efficace. source : ladepeche.fr