«Mais d'où tenez-vous tout cela ?», c'est ce que s'est exclamé Jean-Pierre Maurice, ancien sous-préfet et adhérent de l'association, subjugué par la solidité de l'exposé de Jean Cabot qui livrait là les premières lignes de sa future conférence sur l'épouse roturière de Paulin Talabot. Eh oui, Jean Cabot, Jean Vabre, Michel Tayac, Jean-Claude Vallejo et quelques autres accomplissent un travail phénoménal de recherche sur l'histoire locale.

Et accumulent depuis des années une énorme documentation, multiplient les recherches… et les trouvailles ! C'est dire combien le travail lancé par cette association est passionnant et révèle la matière considérable de terreau historique que recèle notre cité. D'ailleurs, un appel est lancé à toute personne curieuse de s'enrichir intellectuellement, pour rejoindre l'association dans l'une des huit commissions constituées. Car il faut préparer la relève de personnes aujourd'hui octogénaires ou nonagénaires qui ne souhaitent qu'une chose : transmettre leur savoir. Il y a là un énorme potentiel de développement pour le rayonnement de Saint-Juéry. Les rails sont en place, à travers, à ce jour, huit commissions constituées.

Les commissions

Recherche patrimoine historique, référents Jean Cabot et Jean Vabre.

Avalats Patrimoine, référent Michel Tayac

Églises patrimoine, Jean-Claude Valléjo

Conférences patrimoine, Francette Enjalbert

Sport patrimoine, Marcel Cassagne et Yvon Oulès

Préservation des sites patrimoine, Raymond Cavaillès

Information patrimoine, Alain Fabre et Jean Vabre

Animation patrimoine, Joëlle Villeneuve.

On le voit à travers l'énoncé des commissions, il y a du travail intellectuel, mais aussi du travail physique pour la préservation et la mise en valeur de sites ou de pièces patrimoniales. Enfin, plusieurs conférences se tiendront à 17 heures, salle des associations du 26, avenue Germain-Téqui. La première aura lieu le 1er décembre : Alaïs Tayac, archéologue, parlera du cercueil des Avalats, pièce d'une valeur inestimable et d'une grande rareté. Ce cercueil datant de l'époque carolingienne (VIIIe-IXe siècle), sera prochainement restauré. D'autres conférences suivront.        source : ladepeche.fr