Lundi soir, Jean-Paul Raynaud avait invité la présidente de la C2A à venir présenter le rapport d'activité de la C2A au conseil municipal comme l'avait fait il y a quelques années son prédécesseur Philippe Bonnecarrère. Notre agglomération compte 16 communes, 84 990 habitants, sur 210 km2. Mais, dans la nouvelle région Occitanie, la C2A n'est plus qu'aux environs du quinzième rang, l'ancien Languedoc-Roussillon comptant de nombreux et importants regroupements de communes. «Malgré notre position géographique centrale, nous sommes devancés par de nombreuses intercommunalités. À nous de faire savoir qu'on est là !», précise Stéphanie Guiraud-Chaumeil.

Elle revendique la mise en place d'une réunion quadrimestrielle des maires pour alimenter le travail du conseil communautaire. Le nouveau projet de territoire «écrit ensemble» se donne trois priorités : le développement économique, atteindre 100 000 habitants en 2030 (ambition ramenée à 95 000 h), fédérer les énergies. La C2A emploie près de 500 agents (495), dont 212 mis ou laissés à disposition partielle de leur commune. Une intégration de plus en plus importante de divers services, un développement économique sur trois axes : les zones d'activités, la promotion touristique (qui va bien au-delà de la C2A, ex : la vallée du Tarn), une politique locale du commerce. Développement de la fibre, des transports en commun, des déplacements doux, entretien de la voirie, la mise en place du PLUi (plan local d'urbanisme intercommunal) font également partie des attributions de la C2A.       source : ladepeche.fr