Les débuts du club de rugby de Saint-Juéry sont bien loin mais les dirigeants actuels ne veulent surtout pas oublier ceux qui l'ont créé, tout autant que ceux qui ont bataillé toutes ces années pour le maintenir et faire qu'il devienne ce qu'il est maintenant. C'était au printemps 1908, sur un pré de la plaine de Montplaisir, le rugby à Saint-Juéry venait de naître. Ce n'est qu'en 1980 qu'Arthès était associé définitivement au nom du club qui devient ainsi le Saint-Juéry Arthès Olympique.

Saint-Juéry, c'est une institution qui appartient à l'histoire du Tarn et à son rugby, mais l'usine du Saut du Tarn jusqu'aux années 80 tout d'abord puis la ville ont joué un rôle essentiel dans le développement de ce club qui a tout de même vu évoluer dans ses différentes équipes trois présidents du Comité départemental, Pierre Astié, André Laur et Alain Rey.

À part lors de cette année 1991, durant laquelle Saint-Juéry avait obtenu le droit de monter en Fédérale 3, le club tarnais a toujours évolué en séries régionales avec, selon les années, des fortunes diverses et en particulier une douloureuse mise en sommeil en 1997.

Depuis cette époque, les Forgerons jouent régulièrement dans des catégories qui leur conviennent, entre la Promotion Honneur et l'Honneur.

Voilà deux saisons que le club évolue en Honneur et, bonne nouvelle, Saint-Juéry gardera sa place dans le plus haut niveau régional.

Jean-Claude Laur fait le bilan de la saison écoulée.

«Il est bien évident que notre volonté était de rester en Honneur et malgré un début de saison difficile nous finissons bien le championnat, avec une défaite d'un petit point face à Sor Agout et une superbe victoire sur Saint-Girons. ça se joue à pas grand-chose pour le maintien.»

Mais au-delà des équipes seniors, Saint-Juéry/Arthès pense également à la gestion de ses jeunes, comme le rappelle Jean-Claude Laur. «Il n'y aura plus de catégorie Bélascain, donc, tous les jeunes qui en faisaient partie vont renforcer le groupe seniors. Du côté de l'école de rugby, notre fierté c'est de s'être «émancipé» du voisin albigeois, l'AJRA étant en saturation d'effectif. Cela nous a permis de nous restructurer et de représenter le club dans toutes les catégories de jeunes. Nous sommes maintenant autonomes même s'il existe toujours des échanges et du travail en commun. Nous ne souhaitons qu'une chose, c'est que le SCA retrouve vite le niveau de Pro D2 pour que tout son environnement dont nous faisons partie soit tiré vers le haut en suscitant des vocations chez les jeunes.» Bien structuré et fort sur ses bases, le SJAO, tout en préparant sa saison, va recevoir, samedi, le président de la FFR afin d'honorer ceux qui ont contribué à l'évolution et au maintien du club depuis 110 ans

3 questions à

Jean-Claude Laur, coprésident du SJAO
On ne présente plus Jean-Claude Laur. Ce fidèle du club rouge et vert en a repris la présidence la saison dernière qu'il partage avec Cyril Tardieu. Ce dernier, arrivé il y a quatre ans, s'est vite impliqué et intégré dans l'équipe dirigeante et son rôle est plus particulièrement axé vers les catégories jeunes et école de rugby. Jean-Claude Laur a bien voulu répondre à nos questions sur la journée du 16 juin.

Quelle est la raison de la présence du président de la FFR Bernard Laporte à la manifestation de samedi ?

C'est une longue histoire. La saison dernière, la FFR a lancé un concours à tous les clubs français pour le soutien de la candidature à l'organisation de la Coupe du Monde en 2023. C'est notre club qui l'a emporté et, en récompense, l'ancien capitaine de l'équipe de France et meilleur joueur du monde 2011, Thierry Dusautoir, est venu nous rendre visite. Depuis, nous communiquons régulièrement avec Bernard Laporte et à la suite de la promesse qu'il nous a faite de venir nous remercier, nous l'avons invité pour la journée de samedi, ce qu'il a accepté malgré un agenda chargé.

Quelles ont été les retombées de la visite de Thierry Dusautoir ?

On ne peut pas parler de retombées directes mais il est certain que nos jeunes, nos éducateurs et nos dirigeants ont connu une journée exceptionnelle en côtoyant Thierry Dusautoir, tout autant que les communes de Saint-Juéry et Arthès qui ont été mises sur le devant de la scène à l'occasion de sa venue. C'est une belle publicité pour la ville, le club et le département. À travers cet évènement, nous avons fait plaisir à tous nos jeunes de l'école de rugby et le maintien de notre effectif en est peut-être le résultat le plus positif.

Pourquoi marquer particulièrement les 110 ans du club ?

Lorsque nous avons fêté les 100 ans, c'était essentiellement en interne avec nos anciens du club. Cette fois-ci, nous voulons que nos deux communes, Saint-Juéry et Arthès, soient mises en avant à travers leurs diverses associations que nous invitons à venir partager cette journée dédiée au ballon ovale. Lors de la soirée de gala, ce sont des personnalités de ces diverses associations qui remettront les trophées. Nous tenons à ce que le rugby partage ses valeurs avec les clubs ou différents comités locaux.

Zoom

Bernard Laporte sera là le 16 juin pour les 110 ans du SJAO

En 2018, cela fait 100 ans que Louis Rey, dont le stade porte le nom, réunissait pour la première fois des jeunes de Saint-Juéry, ceux de «l'usine» et quelques étudiants pour leur faire découvrir ce jeu venu d'Angleterre, importé sur Mazamet puis Castres par les industries de la laine ainsi qu'à Toulouse par des étudiants, avant de remonter le long de la vallée du Tarn, à Rabastens, Gaillac, Albi et Saint-Juéry. Pour ses 110 ans donc, le 16 juin, le SJAO veut convier tous les Saint-Juériens et les Arthésiens de tous âges et de toutes conditions grâce à un programme concocté par les dirigeants mais également par les joueurs eux-mêmes qui sont partie prenante dans l'initiative et l'organisation.

De 10 heures à 17 heures, au stade Louis-Rey

Journée sportive et festive ouverte à tous, associations locales, clubs sportifs voisins, anciens du club, avec possibilité de grillades sur place. Cette journée de plein air se disputera sous forme d'un tournoi de rugby à 5 (jeu à toucher). Des tournois de différents niveaux seront proposés, sans esprit de compétition et dans le seul but d'avoir fait du sport dans la bonne humeur et la convivialité.

Sportifs confirmés «hommes», sportives confirmées «femmes», mixtes, sportifs du dimanche, tournois intergénérationnels adultes, vétérans, hommes, femmes ou mixtes. Tournoi des enfants et même tournoi des familles. Voilà de quoi contenter plusieurs générations d'amateurs de rugby… ou pas.

À partir de 19 heures, salle de l'Albaret

En présence de Bernard Laporte, président de la FFR, et de nombreux anciens et personnalités, plus de 400 convives sont attendus pour une soirée de gala, dîner spectacle et remise de récompenses aux différentes générations du club.

Du 15 au 23 juin

Une expo photo sur le club, les hommes et les équipes qui l'ont composé et ont fait vivre son histoire sera organisée au Capial.    source : ladepeche.fr

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir